> TITULAIRE DU CAMBRIDGE CELTA (Certificate in English Language Teaching to Adults)

Connexion Inscription
Retour au blog

TITULAIRE DU CAMBRIDGE CELTA (Certificate in English Language Teaching to Adults)

Publié le :

TITULAIRE DU CELTA (Certificate in English Language Teaching to Adults)

 

Dispensée par la très honorable University of Cambrige, cette qualification est l’une des plus appréciées de sa catégorie… et un véritable parcours du combattant. 

 

Pourquoi suis-je allée m’enfermer dans une salle de cours étouffante avec dix-sept autres profs stagiaires durant tout le mois de juillet ? Pourquoi me suis-je astreinte à travailler dix-huit heures par jour, week-ends compris, alors que dehors tout le monde prenait d’assaut les terrasses et fêtait les exploits de l’équipe de France ? Franchement, j’avoue que par moments je me suis moi-même posé la question. Rien ne m’y obligeait ; c’était une démarche volontaire. En me lançant dans cette aventure, j’avais le souci d’enrichir l’offre que je propose à mes élèves. Je ressentais le besoin d’élargir ma palette pédagogique avec une méthode plus classique, et ainsi gagner en crédibilité et en confiance. Il n’est pas dans mon tempérament de sans cesse me remettre en question ; pour autant, je pense important de toujours essayer de s’améliorer. Et aujourd’hui, alors que je reçois officiellement le Certificate in Teaching English to Speakers of Other Languages (CELTA) de la très honorable University of Cambridge, je l’avoue humblement : je ne suis pas peu fière !

 

40 minutes de cours préparées minute par minute

 

Si le taux de réussite à l’issue de cette formation est de 95%, la première difficulté est d’être admis à la formation. Pour être sélectionné, il faut tout d’abord rédiger un devoir à la maison, puis, si celui-ci est validé, passer un entretien portant sur votre propre méthode d’enseignement. Une fois ces deux épreuves franchies avec succès, il serait cependant bien imprudent de croire que le plus dur est fait : l’assiduité aux cours est impérative ! Hors de question de louper ne serait-ce qu’une heure ! Et n’espérez pas buller tranquillement au fond de la classe ; le programme est pour le moins intensif. Outre la formation théorique, il vous faut chaque jour préparer 40 minutes de cours face à une classe d’adultes. Et quand je dis préparer 40 minutes, j’entends 40 X 1 minute. Vous devez en effet prévoir chaque minute du cours que vous allez dispenser. Le principe de la pédagogie de Cambridge est de susciter (to elicit) une participation active des élèves, de faire en sorte qu’une grande part de ce qu’ils apprennent vienne d’eux-mêmes, sans les interrompre, avant de valider la réponse et de vous assurer que tout le monde a compris (concept checking). Enfin, les faire répéter ensemble et individuellement (to drill). Après chaque cours, vient le temps de l’analyse. Sont jugés la préparation, l’intérêt, le rythme… Et comme vous-même avez assisté à deux autres cours de 40 minutes, vous devez également donner votre avis sur la prestation de vos petits camarades. C’est très intense.

 

Une formation validée par un superviseur

 

Par ailleurs, comme si tout cela ne suffisait pas déjà à vous mettre les neurones en ébullition, vos week-ends sont consacrés aux devoirs que l’on vous demande de rédiger. Je ne rentrerai pas dans les détails, mais ceux-ci portaient sur des questions très pointues de linguistique (signification, prononciation…). Et pour s’assurer que la formation était donnée dans les règles de l’art, un superviseur de l’université de Cambridge est venu valider l’enseignement dispensé par les trois tuteurs qui nous encadraient.

 

Bref, lorsqu’enfin je pus partir en vacances et profiter à mon tour de ce bel été, j’étais rincée. Mais voilà, c’est fait ! Un dossier complet a été envoyé à Cambridge pour validation, et six semaines plus tard, c’est officiel : Anne-Charlotte Rouleau has been awarded Pass (Grade B) in Certificate in Teaching English to Speakers of Others Languages. Une nouvelle corde à mon arc dont profitent d’ores et déjà mes élèves.

Vous avez appréciez cet article ?
Partagez-le !

Articles que vous pourriez aimer